Avenue de la croix d'or, 13320 Bouc-Bel-Air

SDW consulting - 06.30.36.82.07

L’évolution d’internet de 1990 à 2020

Par SDW

La rapide évolution du web

En 30 ans le web va connaitre une évolution incroyable à tel point qu’un monde sans cette invention serait inimaginable pour notre génération. Le premier site internet à été crée le 30 avril 1993, nous ne sommes pas loin de son anniversaire : il a 20 ans !

RIEN N’A CHANGÉ FINALEMENT ?

Ebay en 1995
Ebay en 2013

Le design des sites internet a certes changé, plus ergonomique, plus épuré, mais au final, les catégories sont les mêmes, ce qui a fonctionné auparavant est identique. Seuls les nouveaux réseaux sociaux ont révolutionné le web 2.0. Facebook et Twitter en tête ont permis de créer des communautés autour des marques et d’effectuer une publicité différente de celle de Google. Un réel avantage pour les marques mais aussi pour les consommateurs qui s‘y rendent au moins une fois par jour.

L’ÉVOLUTION DU WEB

  • Papy Archie 

Dans les années 1990, l’ancêtre « Archie » est le premier logiciel qui permettait de rechercher des documents sur internet. Google n’a donc rien inventé.

  • Wanderer et les spiders

Ce n’est pas le nom d’un comic de Marvel, mais le nom du premier moteur de recherche qui apparait sur le web en 1993. Les spiders (ou robots d’indexation) font leurs apparition par la même occasion.

  • Yahoo 

Le moteur de recherche a pour but de recenser humainement les meilleurs sites dans un annuaire internet, c’est en 1994. Il devient en quelques mois le portail le plus utilisés par les internautes.

  • Lycos, Excite, Altavista, Nomade, Voila…

Entre 1995, et 1996 de nombreux moteurs de recherche voient le jour partout dans le monde sans se soucier du futur qui va leur être terrible.

  • Google

C’est en 1998 à l’université de Stanford que deux geeks/génies ont conçu le moteur de recherche baptisé Google. Sergei Brin et Larry Page ont révolutionné le secteur et donné un coup de pied dans la fourmilière. L’outil classe les résultats de recherche obtenus en fonction de la popularité auprès des internautes.

Dans les années 2000, Yahoo MSN et AOL se disputaient le marché, et en 2005, Google avait déjà 80% de part de marché. Dans les années 2010, les plateformes sociales comme Facebook ont pris l’avantage. Le réseau bleu possède tout de même 1,11 milliard d’utilisateurs en mars 2013 avec 60% d’entre eux qui se connecteraient au moins une fois par jour.

L’UTILISATION DU WEB

  • Le Web 1.0 : Focalisé sur la documentation

On utilisait à cette époque les Emails, les portails de contenus, et un peu de commerce en ligne.

  • Le Web 2.0 : Focalisé sur les utilisateurs

Les UGC (espaces crées par les utilisateurs pour partager ou stocker du contenu), les réseaux sociaux, le shopping sur internet, et les API et MashUp (application qui combine du contenu ou du service provenant de plusieurs applications plus ou moins hétérogènes) : tant de fonctionnalités nouvelles qui ont permis à internet de gravir une marche importante.

  • Le Web² : Focalisé sur les données

C’est une transition vers le 3.0, c’est même un complément du web 2.0. Les informations sont partagées en temps réel, en direct. Les métadonnées à partir de recoupement (reconnaissance faciale, géolocalisation…), les métadonnées fournies par des capteurs (via téléphones ou compteurs) sont des nouvelles fonctions d’internet qui ne peuvent rester dans le 2.0. De plus, il y a encore les informations telles que les TAGS, les flashcode ou QRcode permettent d’obtenir de l’information complète à parti d’un simple code barre. Les utilisateurs ne sont pas en reste. Les twittos ont permis de créer une conscience collective qui va réagir sur le réseau social à l’oiseau très rapidement, presque en temps réel.

  • Le Web 3.0 : l’I.A (Intelligence artificielle)

Le film n’était que fiction, mais le Web 3.0 fonctionnera grâce à des agents intelligents, les objets feront parti de notre communication, il n’y aura plus uniquement des signes autour de nous. Ceci n’est pas encore vérifié mais la flopée de robots, d’aide, qui se développent laissent penser que nous auront surement notre robot de compagnie très prochainement.

QUELS SONT LES LEVIERS DU WEB² ?

  • Mobilité :

Il y a eu 63,6 millions de tablettes tactiles vendues dans le monde en 2011. Pour ce qui est des  smartphones, le boss d’Ericsson a annoncé en mars 2013 que le nombre d’abonnement avec un smartphone étant de 1.1 milliard fin 2012, et serait de 3.3 milliards en 2018. Colossale. Les ordinateurs fixes vont bientôt tous devenirs mobiles pour permettre une connexion permanente. Le mobile sera aussi le moyen de paiement du futur. Sur celui-ci, plus de souris, claviers, logiciel, ou système de fichier : tout est inclus dans un appareil.

  • Social :

Les réseaux et médias sociaux sont devenus des outils incontournables. En plus de rassembler une audience énorme, ils se sont accaparé les médias et les budgets publicitaires. Les comportements d’achats sont eux aussi modifiés compte tenu des nouvelles fonctions qui vont monter en puissance du coté de Facebook par exemple.

Facebook : 1,11 milliard d’utilisateurs actifs dans le monde

YouTube : 1 milliard d’utilisateurs actifs dans le monde

Twitter : 200 millions d’utilisateurs actifs dans le monde

LinkedIn : 170 millions d’utilisateurs actifs dans le monde 

Viadeo : 50 millions de membres dans le monde

Tumblr : 168 millions d’utilisateurs actifs dans le monde

Instagram : 100 millions d’utilisateurs actifs dans le monde

Pinterest : 48,7 millions de membres dans le monde

  • Cloud computing :

Le nuage informatique pourrait être défini tel que : l’exploitation de ressources informatiques distantes permettant d’exploiter des services en ligne à la demandeAinsi, l’exploitation des logiciels en lignel’archivage de donnée, la mise à disposition de puissance de calcul ou d’environnements de développement ou encore la collaboration et le partage d’informationentre différents outils de communications représente ce levier qui a permis bien des manipulations qui auparavant étaient bien complexes. 

L’AVANTAGE POUR LES MARQUES 

Les utilisateurs auront de nouveaux moyens d’engagement, la fidélisation sera donc plus facile et moins contraignante. Nous aurons affaire d’avantages à une communauté. Le contact sera plus évident envers le public cible compte tenu des évolutions des moyens de communication mais aussi de la banalisation du contact.